Coopérative de production de meubles en Honduras

Honduras


La coopérative COATLAHL au Honduras a obtenu son premier certificat FSC en 1996. COATLAHL gère à présent un certificat de groupe FSC comprenant 14 petites communautés forestières qui gèrent ensemble une forêt naturelle de feuillus d’une superficie de 19.500ha pour la production de bois durs tropicaux. COATLAHL s’occupe du marketing et de la vente de produits en bois et possède un atelier de fabrique de meubles avec une chaîne de traçabilité certifiée FSC CoC. Leurs principaux produits sont le bois scié et les meubles en bois massif.

Cette étude de cas décrit certains des défis que COATLAHL a rencontrés et surmontés, en vue de trouver un marché pour leurs produits certifiés FSC, et satisfaire aux exigences élevées d'une clientèle souvent internationale.

Une Coopérative avec une histoire
La Coopérative Agro-forestière Régional “Colon, Atlantida, Honduras” (COATLAHL) fut créée dans les années 1970 et est composée de petits groupes de producteurs de bois, vivant dans des communautés situées dans la Cordillère 'Nombre de Dios' à Atlantida, au Nord du Honduras. Les forêts tropicales très humides et très riches en biodiversité dans lesquelles ils travaillent, sont des forêts publiques, dont les prérogatives de gestion et de protection sont accordées aux groupes communautaires forestiers.

Pionnier dans la certification FSC
COATLAHL fait office de pionnier en matière de certification forestière FSC, en obtenant l’un des premiers certificats FSC de forêts communautaires en 1996, avec l'appui de l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI). Cependant, comme c’est en général le cas pour beaucoup d’initiatives pionnières, les défis furent nombreux à relever. La promotion de la certification créa beaucoup d’attentes en termes de prix élevés et de marché sécurisé, mais la réalité fut tout autre au début. Une période de crise amena une incertitude financière couplée à une augmentation en spirale d’une dette de plus en plus insolvable. Cette situation résulta d'une combinaison de problèmes parmi lesquels une rude compétition avec l’extraction de bois illégal et une réglementation interne les obligeant à acheter 100% des produits des membres sans tenir compte de la qualité ni de la demande. Ces difficultés les amenèrent à ne pas renouveler leur certificat FSC qui expira en 2002.

La Renaissance
Cependant, COATLAHL n’est pas une coopérative qui abandonne facilement. Au bord de la faillite, elle décida de se battre et de relever systématiquement tous les défis qu’elle rencontrait. Ensemble avec l’ONG Danoise Nepenthes, et avec le soutien de l’Agence Danoise de Développement International (DANIDA), elle décida de renouveler le certificat FSC et de reprendre une activité commerciale viable. Elle obtint le renouvellement du certificat en 2003, mais eu encore à faire face à deux grands défis:dans un premier temps, trouver des marchés pour leurs produits certifiés, et ensuite, développer une capacité interne et un capital financier pour satisfaire de grandes commandes internationales et assurer aux clients le respect des délais de livraison, la qualité ainsi qu'une bonne communication sur le produit.

Les débouchés
Nepenthes aida à établir des relations de travail avec un détaillant danois (COOP Danmark) pour la vente de meubles faits à partir de bois peu connus. COOP était attiré par la vente de produits certifiés FSC fabriqués par des coopératives rurales, mais n’était pas sûr au début de la capacité de COATLAHL de satisfaire les exigences de qualité et de quantité. En 2004, COOP passa sa première commande de 2200 paillassons en bois pour portes, et exigea un échantillon de 50 unités. Ceci sembla excessif à COATLAHL, mais s’avéra crucial pour gagner la confiance du client. Il y eu ensuite d’autres commandes de produits par COOP et une ONG espagnole aida aussi à promouvoir la vente de meubles en Espagne.
Trouver des débouchés au niveau national fut plus difficile, la compétition des bois illégaux restant toujours sévère et la plus part des marchés locaux ne se sentant pas concernés par la valeur ajoutée de la certification.

Formation pour améliorer la production
N'ayant auparavant produit que de petites quantités de meubles, COATLAHL fut intimidé par la taille de sa première commande internationale. La formation par des experts nationaux et internationaux, aidés par Rainforest Alliance et Nepenthes, permit de développer un savoir faire en ébénisterie, séchage du bois et production de meubles, ce qui prépara COATLAHL à la production de masse.

Communication relationnelle avec le client
A travers une série d’essais et d’erreurs, COATLAHL a construit avec son principal client une relation de travail directe et une bonne gestion de données. Initialement, le rôle de Nepenthes était crucial, comme liaison entre la coopérative et le client européen pour expliquer les différentes réalités et attentes de chaque partie. Une étape critique a été la visite d’un patron de COOP au Honduras durant laquelle il inspecta les échantillons de produits et expliqua les exigences en matière de qualité, et montra les imperfections pouvant motiver le rejet. Nepenthes transféra graduellement son rôle de communication à COATLAHL qui engagea une personne-contact pour ce travail de relation avec le client.

Générer un capital de travail
Un grand défi fut de rassembler assez de capitaux pour financer la production de leur première commande. Aucune avance sur paiement n’était envisageable, et sans aucune propriété pour servir de caution, les banques du Honduras ne considérèrent pas COATLAHL comme un client sérieux. Une longue et difficile recherche de financement les mena à un fonds du gouvernement pour les coopératives qui leur prêta 28.000 $ US, leur permettant de terminer leur production et de payer le prêt dans les délais. Cependant, le fonds du gouvernement changea ses règles l’année suivante, rendant COATLAHL non éligible. La recherche de financement recommença de plus belle. COATLAHL ayant obtenu des prêts bancaires au Honduras et sur le plan international, finit par gagner le statut d’organisme de faible risque de la part d’une banque danoise, grâce à leur remboursement réguliers des prêts antérieurs.

Principales leçons apprises

  • Une communication efficiente avec le client est vitale. Désigner à l’interne une personne responsable de la communication peut y contribuer.
  • Les relations entre des opérations forestières d’une petite communauté et un client international, doivent être bâties sur la confiance.
  • Ne démissionner pas! Dans le cadre de la recherche de financements, approchez les associations et les fédérations pour avoir des informations. Il pourrait y avoir des fonds disponibles, mais dont vous ne soupçonniez pas l’existence.

Les défis qui restent à relever

  • Elargir leur clientèle de base à au moins trois clients internationaux, et pénétrer le marché national.
  • Investir dans des procédés d’amélioration de la production pour augmenter leur capacité de stockage afin de pouvoir répondre rapidement aux commandes des clients.
  • Obtenir des prix plus élevés afin de faire bénéficier les travailleurs des bienfaits de la certification. Le coût de la certification reste un défi. Cependant, un fonds de certification a été mis en place pour financer la re-certification et ne pas dépendre d’un financement externe.

Faits et chiffres

  • Certificat: SW-FM/COC-024
  • Superficie: 19,588.3 ha
  • Membership: 14 groupements communautaires, impliquant environ 180 producteurs individuels.
  • Quantités: Le chiffre d’affaire annuel des groupes communautaires est d’environ US$26,400 et celui de COATLAHL est d’environ US$157,700 (ventes locales de bois et de meubles + exportation de meubles
© Forest Stewardship Council® · FSC® F000202