Une coopérative forestière responsable en Indonésie

Indonésie


La Koperasi Hutan Jaya Lestari (KHJL) est une coopérative indonésienne de 550 membres ayant obtenu une certification FSC de groupe en 2005. Depuis, elle approvisionne le marché international en Teck récolté de manière responsable. 30% des bénéfices issus de cette activité sont reversés et divisés entre ses membres.

A côté de cela, la coopérative donne de la voix auprès du gouvernement indonésien afin de réformer des lois forestières jugées injustes, et pour fournir de l’aide publique aux forestiers et aux agriculteurs. KHJL a également démarré un programme de petites subventions destiné à ces derniers.
Eléments de contexte

Le District de Konawe Selatan est situé au Sud-est de Sulawesi, en Indonésie. De nombreuses familles sont propriétaires de parcelles agro-forestières d’une superficie ne dépassant que rarement l’hectare. A cause de restrictions réglementaires (notamment sur les permis de coupe et de transport) dans plusieurs districts de la province, il n’existe qu’un à deux acheteurs qui dès lors exercent un certain monopole sur les prix du teck. Isolés, les petits propriétaires de terre agro-forestières se trouvaient donc dans l’obligation de vendre leur teck à bas prix.

Partenariats
La première étape pour les petits propriétaires fût d’établir des partenariats avec le Tropical Forest Trust (TFT) et Jaringan Untuk Hutan (JAUH, Network for Forest - Réseau pour les forêts). TFT est une organisation à but non lucratif dont les membres sont essentiellement des distributeurs d’Europe et d’Amérique, qui s’engagent à acheter du bois (tropical ou feuillu) provenant de forêts certifiées FSC, ou en voie de l’être. Le TFT apporte également du soutien à la gestion forestière responsable dans les régions tropicales. JAUH est un réseau d’ONG environnementales et sociales travaillant à travers le Sud-est de la province de Sulawesi, et dont le champ d’expertise est d’aider les communautés à s’organiser, à plaider leur cause auprès du gouvernement et lors de campagnes médiatiques.
Organisation

La raison principale qui poussa la coopérative à se faire certifier était la forte demande en teck FSC chez les acheteurs européens et américains, et par conséquent l’opportunité de vendre le bois à un meilleur prix, directement aux usines membres de TFT à Java. Une des autres raisons était de faire reconnaître par le gouvernement local la capacité de gestion forestière des petits propriétaires/fermiers.

TFT réalisa que ceux-ci géraient leurs ressources en teck de manière largement durable, et avaient la volonté de travailler vers une certification FSC. TFT se tourna alors vers JAUH pour organiser les propriétaires/fermiers en coopérative: 46 villages ont ainsi été encadrés pour former des groupes et élire des représentants comme membres fondateurs de la coopérative.

La formation en groupe, était la seule solution viable pour rendre la certification abordable, obtenir les permis nécessaires et établir des relations directes avec le marché international.

Les premières tentatives de mises en place des coopératives échouèrent par manque de compréhension et de discussion entre les propriétaires/fermiers au sujet des modalités de fonctionnement. JAUH et TFT se mirent alors à travailler avec le Département Indonésien des Coopératives, tant pour dispenser des formations en structuration et gestion de coopératives, que pour des formations plus intensives pour comprendre d’une part le monde des affaires et d’autre part celui de la gestion forestière, ce qui a permis de créer le KHJL Leadership Council. TFT et JAUH ont ensuite été commissionnés par les membres pour contrôler le travail du KHJL Leadership Council et faire des recommandations en cas de besoin.

Formation et Démarrage
TFT utilisa le document de ProForest “Certification Forestière de groupe” pour dispenser les formations aux membres de cette certification de groupe, et faciliter l’élaboration d’un plan d’aménagement forestier pour toutes les propriétés concernées. JAUH aida à mettre en place le cadre organisationnel adéquat pour une communication régulière et transparente au sein des membres de KHJL.

Un prêt à court terme est alors octroyé en relation avec les entreprises productrices membres de TFT pour permettre à la coopérative de payer les permis initiaux, nécessaires pour l’achat et la vente de bois. Cette première vente est une réussite et permet aussi bien une augmentation de 25% du prix du bois au profit des membres de la coopérative, que des contrats supplémentaires pour vendre aux entreprises de production, membres de TFT.

Une réussite
Le premier certificat FSC est donc délivré en 2005 pour un groupe de 196 petits propriétaires et une surface de 152 hectares. Ce même groupe réunit désormais 550 propriétaires pour une superficie étendue à 556 hectares.

Cette certification attire rapidement l’attention du District et de la Province qui prend conscience de l’importance de ces acteurs sur le marché international du Teck, et intègre du coup leurs besoins dans la législation forestière nationale.

Autre conséquence, ce succès initial avec le Teck permet à d’autres produits non ligneux de susciter un intérêt pour une certification comme le cacao, la noix de cajou et le poivre noir. D’autres labels (ex : commerce équitable) se penchent alors sur cette coopérative, ce qui lui permet d’élargir un peu plus ses perspectives de développement.

Quelles leçons en tirer ?

  • Pour ces fermiers, la certification de groupe était la seule voie pour accéder au certificat FSC, obtenir les permis nécessaires pour la vente de bois, et établir des liens directs avec le marché international de meubles.
  • Travailler avec une ONG régionale et un réseau d’acheteurs ayant une préférence pour le bois FSC, a été un élément déterminant pour la réussite du projet. Il en va de même pour la formation de KHJL. Le TFT a amené une expertise essentielle dans le processus de formation du groupe.
  • La formation de groupe nécessite une large implication de tous les acteurs, il fournit beaucoup de bénéfices en termes de création de compétences, d’accès aux ressources et de partage de l’information entre les membres du groupe.
  • Le modèle de la coopérative est important pour créer de nouveaux groupes. Cette structure permet une gestion durable et démocratique si l’on fait bien attention à : connaître comment former les organes de suivi et de gestion, comment calculer le profit et le diviser de manière équilibrée entre le staff et les membres.

Perspectives d'avenir

Il reste un certain nombre de défis à relever pour cette coopérative mais également de belles opportunités :

  • La formation et le renforcement des compétences acquises doivent permettre une mise à niveau constante en termes de développement des affaires, en marketing et dans la fabrication des produits. Cette stratégie permet d’avoir une vision à long terme et une vraie stratégie de croissance.
  • Il faut encore développer des méthodes d’échantillonnage simples et précises afin de mieux suivre la croissance des arbres dans les parcelles agro-forestières.
  • Le dialogue avec le gouvernement national doit se poursuivre afin qu’une prise de conscience générale permette de résoudre, clarifier et simplifier les procédures de production de bois par les petits propriétaires.

Faits et chiffres

  • Certificat : SW-FM/COC-001511, certification de groupe émise pour carrelets de teck, le 20 mai 2005.
  • Superficie : 152 hectares en 2005 ; 556 hectares en 2008
  • La coopérative : 196 membres lors de la première délivrance, 550 membres en 2008.
  • Production annuelle : 350 m³.
  • Chiffre d’affaire annuel : environ 160 000 $ US
© Forest Stewardship Council® · FSC® F000202